Effacement de l'étang de l'Aurière à St Michel-Mont-Mercure

L'étang de l'Aurière était situé sur le ruisseau du Bois de Céné à Saint-Michel-Mont-Mercure. Celui-ci avait été créé dans les années 1970 afin d'irriguer les terres à proximité. Depuis plusieurs années l'exploitant n'irriguait plus, ainsi cet étang n'avait plus d'usage. Le ruisseau du Bois de Céné est un des ruisseaux à potentiel salmonicole, c'est-à-dire qu'il fait partie des ruisseaux présentant un fort potentiel écologique. On retrouve sur celui-ci des espèces protégées très sensibles à la qualité et à la température de l'eau, notamment l'écrevisse à pattes blanches. Afin de retrouver un lit plus naturel et un ruisseau vivant, des travaux visant à supprimer l'étang ont été portés par l'EPTB Sèvre Nantaise.

Objectifs :

  • améliorer la qualité de l'eau
  • retrouver la libre circulation des espèces (poissons et écrevisses) et des sédiments
  • rétablir des débits plus naturels et supprimer la rupture de l'écoulement pour permettre à l'agriculteur d'abreuver ses animaux toute l'année
  • favoriser la diversité des fonds, des habitats et des écoulements
  • réduire le risque de colmatage et de développement des espèces envahissantes.

Mise en oeuvre :

Maître d'ouvrage : Etablissement Public Territorial du Bassin de la Sèvre Nantaise

Dans un premier temps, l'étang a été vidangé avec l'appui de la fédération pour la pêche et la protection des milieux aquatiques de la Vendée. Une fois l'étang vidangé, il a été laissé vide quelques mois de façon à minéraliser les vases. Ensuite, l'étang a été "effacé" par la suppression de la digue en octobre 2018. Les travaux ont consisté à retirer les vases, déposer les déblais issus de la digue de l'étang et de déposer les vases sur les déblais de façon à apporter un substrat riche pour la future prairie. A la place de l'ancien étang, le cours d'eau a retrouvé son lit et son cours d'origine. Aussi, une demi arche a été mise en place au niveau de l'ancienne digue pour permettre le passage de l'exploitant d'une rive à l'autre sans passer dans le lit mineur du cours d'eau. Une clôture et des plantations seront mises en place prochainement sur le site. Il faut préciser que ce projet a pu être réalisé parce que l'exploitant était en accord avec la suppression.

Retrouvez l'exemple complet en cliquant ici !

Maître d'ouvrage : Etablissement Public Territorial du Bassin de la Sèvre Nantaise
Dans un premier temps, l'étang a été vidangé avec l'appui de la fédération pour la pêche et la protection des milieux aquatiques de la Vendée.
 
Une fois l'étang vidangé, il a été laissé vide quelques mois de façon à minéraliser les vases.
 
Ensuite, l'étang a été "effacé" par la suppression de la digue en octobre 2018. Les travaux ont consisté à retirer les vases, déposer les déblais issus de la digue de l'étang et de déposer les vases sur les déblais de façon à apporter un substrat riche pour la future prairie.
 
A la place de l'ancien étang, le cours d'eau a retrouvé son lit et son cours d'origine.
 
Aussi, une demi arche a été mise en place au niveau de l'ancienne digue pour permettre le passage de l'exploitant d'une rive à l'autre sans passer dans le lit mineur du cours d'eau.
 
Une clôture et des plantations seront mises en place prochainement sur le site.
 
Il faut préciser que ce projet a pu être réalisé parce que l'exploitant était en accord avec la suppression.
améliorer la qualité de l'eau
 
retrouver la libre circulation des espèces (poissons et écrevisses) et des sédiments
 
rétablir des débits plus naturels et supprimer la rupture de l'écoulement pour permettre à l'agriculteur d'abreuver ses animaux toute l'année
 
favoriser la diversité des fonds, des habitats et des écoulements
 
réduire le risque de colmatage et de développement des espèces envahissantes.
améliorer la qualité de l'eau
 
retrouver la libre circulation des espèces (poissons et écrevisses) et des sédiments
 
rétablir des débits plus naturels et supprimer la rupture de l'écoulement pour permettre à l'agriculteur d'abreuver ses animaux toute l'année
 
favoriser la diversité des fonds, des habitats et des écoulements
 
réduire le risque de colmatage et de développement des espèces envahissantes.améliorer la qualité de l'eau
 
retrouver la libre circulation des espèces (poissons et écrevisses) et des sédiments
 
rétablir des débits plus naturels et supprimer la rupture de l'écoulement pour permettre à l'agriculteur d'abreuver ses animaux toute l'année
 
favoriser la diversité des fonds, des habitats et des écoulements
 
réduire le risque de colmatage et de développement des espèces envahissantes.
améliorer la qualité de l'eau
retrouver la libre circulation des espèces (poissons et écrevisses) et des sédiments
rétablir des débits plus naturels et supprimer la rupture de l'écoulement pour permettre à l'agriculteur d'abreuver ses animaux toute l'année
favoriser la diversité des fonds, des habitats et des écoulements
réduire le risque de colmatage et de développement des espèces envahissantes.
Objectifs :
améliorer la qualité de l'eau
retrouver la libre circulation des espèces (poissons et écrevisses) et des sédiments
rétablir des débits plus naturels et supprimer la rupture de l'écoulement pour permettre à l'agriculteur d'abreuver ses animaux toute l'année
favoriser la diversité des fonds, des habitats et des écoulements
réduire le risque de colmatage et de développement des espèces envahissantes.
Objectifs :
améliorer la qualité de l'eau
retrouver la libre circulation des espèces (poissons et écrevisses) et des sédiments
rétablir des débits plus naturels et supprimer la rupture de l'écoulement pour permettre à l'agriculteur d'abreuver ses animaux toute l'année
favoriser la diversité des fonds, des habitats et des écoulements
réduire le risque de colmatage et de développement des espèces envahissantes.
Objectifs :
améliorer la qualité de l'eau
retrouver la libre circulation des espèces (poissons et écrevisses) et des sédiments
rétablir des débits plus naturels et supprimer la rupture de l'écoulement pour permettre à l'agriculteur d'abreuver ses animaux toute l'année
favoriser la diversité des fonds, des habitats et des écoulements
réduire le risque de colmatage et de développement des espèces envahissantes.