Le pôle recherche et développement sur les écosystèmes lacustres est né

Préservation de la biodiversité, du fonctionnement et des services écosystémiques rendus par les milieux lacustres : ce sera l'essentiel des préoccupations du nouveau pôle de recherche et développement écosystèmes lacustres (ECLA). Ce dernier a vu le jour le 3 avril dernier à travers la réunion de cinq partenaires : l'Agence française pour la biodiversité (AFB), l'Institut national de la recherche agronomique (Inra), l'Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (Irstea), l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et l'Université Savoie Mont-Blanc (USMB).

Ce pôle n'est pas né de rien. Depuis 2010, une structure existait déjà : le pôle R&D Hydroécologie des plans d'eau, animé par l'Onema et l'Irstea. La nouvelle entité vise à favoriser les interactions entre recherche, politiques publiques, enjeux sociétaux et écologiques. L'ajout de partenaires ouvre également les domaines d'expertise aux différents types d'écosystèmes d'eau stagnante. Le centre souhaite développer des outils opérationnels innovants pour la surveillance écologique des écosystèmes lacustres. Il veut également améliorer les connaissances de l'état et l'évolution de ces écosystèmes face au changement global. Il s'efforcera d'appuyer une restauration écologique efficace des écosystèmes lacustres.