Restauration des bras morts sur la vallée de l'Aube et maîtrise foncière

La vallée alluviale de l'Aube est constituée d'un vaste lit majeur dont les parcelles riveraines sont majoritairement boisées. La culture du peuplier y est dominante à la différence d'un bassin versant agricole sur la champagne crayeuse. Le milieu concerné par l’action, très ancien et déconnecté, ne subit pas de pression directe importante. L’enjeu de l’intervention concerne une zone de frayère remarquable, ainsi qu'une zone de refuge en période de hautes eaux de la rivière notamment pour le brochet.
Contexte

La vallée alluviale de l'Aube est constituée d'un vaste lit majeur dont les parcelles riveraines sont majoritairement boisées. La culture du peuplier y est dominante à la différence d'un bassin versant agricole sur la champagne crayeuse. Le milieu concerné par l’action, très ancien et déconnecté, ne subit pas de pression directe importante. L’enjeu de l’intervention concerne une zone de frayère remarquable, ainsi qu'une zone de refuge en période de hautes eaux de la rivière notamment pour le brochet.

La démarche d’intervention a été engagée suite à deux actions simultanées. Tout d’abord, l'achat d’un ensemble boisé de six hectares, incluant le bras mort du Noue des Roises, puis la participation au remembrement en cours dans la vallée de l’Aube. Ces deux actions ont permis un échange entre les parcelles boisées en peupliers et six autres zones humides permettant les travaux de remise en communication du bras mort du Noue des Roises avec la rivière Aube.

Travaux et aménagements

La mise en œuvre des travaux de restauration s’est déroulée en deux phases. La première intervention a concerné la restauration d'un corridor de végétation alluviale nécessitant un entretien sélectif et manuel de la végétation, un suivi par la coupe des peupliers puis la création de banquettes végétalisées et l'immersion de branchages (abris et supports de ponte). En parallèle, des travaux de terrassement ont permis de restaurer et de garantir la continuité écologique du bras mort avec le lit mineur du cours d'eau, dont l'évacuation des vases en dehors du lit majeur a été revalorisé sur des terrains agricoles. Une dernière étape, plus réglementaire, a été d'inscrire en réserve de pêche le site pour garantir la quiétude de l'habitat et de ces occupants.

Gestion et Suivi

Les deux principales actions de gestion engagées sur le site consistent dans l'entretien par la gestion raisonnée du corridor végétal réalisé et la surveillance de la réserve de pêche. En parallèle, une observation des fraies de brochets est conduite chaque printemps par la Fédération de pêche de l’Aube.

 
Bilan et perspective

Les premiers bilans sur l’évolution du site montrent une colonisation rapide par la population piscicole et une régénération naturelle de la flore. Sur l’aspect social, les retours ont montré des échanges facilités dans le cadre du remembrement, avec une revalorisation des points concernant les zones humides négociées. En outre, la bonne acceptation locale (élus et propriétaires) des actions menées a permis une collaboration étroite entre les exploitants agricoles et les habitants du village pour le stockage des vases, leur épandage et la mise à disposition du bois. Une seconde phase de travaux sera néanmoins nécessaire a l’issu du remembrement pour finaliser le chantier (prise de possession officielle de l’ensemble du foncier), l’objectif étant de reconduire l’opération sur les 6 autres zones humides et bras morts échangés. Enfin, des mesures compensatoires ont été mise en œuvre pour l'aménagement d’un chemin communal afin d'accéder à la propriété restauré.

Contact

Fédération de l’Aube pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique 10
89 rue de la Paix 10000 TROYES
Fabrice MOULET - Directeur