Zone humide de tête de bassin

Les combes et les fonds de talwegs

Elles s’établissent dans des cuvettes où la neige s'accumule et fond très tardivement. Ces formations se développent aussi à l’arrière des crêtes sous le vent. C’est la durée de l’enneigement au sol, supérieure à 8 mois, qui est déterminante pour l’installation de ce type de milieux.

Lorsque l’enneigement du sol excède 10 mois, des formations purement cryptogamiques (mousses et lichens) remplacent les combes à neige de saules nains. Les sols sont très peu évolués, superficiels, frais, humides à détrempés et humifères. L’acidité du sol a une influence déterminante sur la composition floristique des combes à neige (combe à neige acide, combe à neige calcaire).

La végétation des combes à neige est dominée par des saules rampants plaqués au sol (saules nains), des herbacées naines et une proportion importante de cryptogrammes, notamment sur les secteurs longuement enneigés.
Les types de milieux sont localisés aux plus hauts massifs montagneux et occupent des surfaces particulièrement restreintes aux plans régional et national. Ce sont des refuges d’espèces végétales et animales (invertébrés) arctico-alpines rares à peu fréquentes.

Source image : Olivier Pelegrin

Les sources et suintements

Elles constituent, avec les petits ruisselets immédiats, le milieu fontinal. Celui-ci est limité aux abords immédiats des sources et ruisselets et disparaît pratiquement dès la formation des petits ruisseaux.
Les sources, résurgences et suintements se retrouvent de façon diffuse, sous forme de petite tâche, à l’intérieur des zones alluviales et le long de petits ruisseaux. Ces milieux sont caractérisés par la forte présence de mousses perpétuellement détrempées et une couverture des végétaux supérieurs clairsemée, n’excédant pas 30 %. En milieu calcaire, le dépôt de calcium dissous peut y former des concrétions incrustantes appelées « tuf » ou « travertin ».
Ces milieux très spécialisés présentent un grand intérêt patrimonial de par leur rareté et la spécificité des espèces qu’ils accueillent (mousses, fougères).

Source image : Olivier Pelegrin

Retour à la carte